Apiculture: Quelle est la valeur de la contribution des abeilles (en PIB) ? - divers

Publié le par Aqua Aqua

Source: http://www.3sat.de/mediathek/?mode=play&obj=52885

Die Leistung der Bienen

Ohne Arbeiterinnen und Einzelkämpfer kein Ertrag: Bienen gehören zu den wichtigsten Nutztieren. Ihr größter Verdienst: Sie bestäuben über zwei Drittel der wichtigsten Nahrungspflanzen weltweit.

...en terme du PIB la valeur de la production mondiale des abeilles serait de EUR 270 mrds, soit juste au-desssus de celui du Danemark...

Source: https://blogs.letemps.ch/franci-saucy/2015/12/24/contribuaient-a-la-prosperite-du-pays/

Et si les abeilles… | Le blog de Franci Saucy

…contribuaient à la prospérité du pays…

24 décembre 2015 Franci Saucy Statistiques

…après un très léger recul du PIB national au 1er trimestre 2015 (-0.2%, par rapport au trimestre précédent), tous les observateurs prédisaient un second trimestre négatif, synonyme d’entrée en récession de notre économie nationale. Ces prédictions pessimistes ont été battues en brèche par des chiffres meilleurs qu’attendus au 2ème trimestre (+0.2%) et une nouvelle stagnation au 3ème trimestre (0.0%).

Quel serait l’impact de la disparition des abeilles sur l’économie nationale?

Comme on l’a vu dans un précédent article, les statistiques nationales sur les abeilles ont été abandonnées à la fin des années 1990. Avant de rendre leur dernier soupir, les victimes des coupes budgétaires de cette période ont produit quelques rapports, dont l’un donne quelques indications sur l’économie de l’apiculture: L’apiculture en Suisse. Paru en 2004, modifié en 2006, cet article se fonde pour l’essentiel sur des données récoltées jusqu’à la fin des années 1990. Il dresse un panorama intéressant du potentiel économique de l’apiculture dans notre pays durant le 20ème siècle. On y apprend qu’en moyenne durant la décennie 1993 – 2002, la production des abeilles se répartissait comme suit:

Production de miel: CHF 64 mio.

Production de pollen : CHF 0,06 mio.

Production de cire: CHF 0,5 mio.

On y apprend également que la production de miel par ruche est l’une des plus faibles au monde avec une production moyenne durant les 100 dernières années de 8,3 kg/ruche. Cette production ne suffit de loin pas à la consommation indigène, puisque près de 2/3 du miel consommé en Suisse est importé de l’étranger. Enfin, le rapport montre que les apiculteurs/trices investissent dans leur outil de production en moyenne l’équivalent de la production des produits de la ruche, soit les quelques 65 mio. résultant de la production de miel, cire et pollen.

Le salaire horaire du travail des apiculteur/trices est positif si la production annuelle est supérieure à 12 kg /ruche, alors qu’on enregistre des pertes sèches lors des moins bonnes années. De bénéfices, il n’est nullement question, et comme disait un collègue, l’apiculture reste un hobby dans lequel on rentre plus ou moins dans ses frais. Du point de vue économique, l’apiculture apparaît donc comme une activité non rémunérée, le rendement des produits de la ruche couvrant les frais d’investissement et d’exploitation.

C’est toutefois sans compter un domaine essentiel auquel les abeilles apportent une contribution financièrement significative et dont l’apiculteur/trice ne profite nullement, à savoir la contribution à la pollinisation des fruits et baies. Selon ce même rapport, la valeur de la production des fruits et baies en Suisse est estimée à CHF 333 mio. pour la période 1993-2003, dont CHF 268 mio., soit 81%, attribuée à la pollinisation par les abeilles domestiques. Cet apport est quatre fois supérieur à la production annuelle des produits de la ruche. Il représentait environ 0.3% du PIB trimestriel de l’époque. Et il est offert gratuitement par les apiculteurs et apicultrices à l’économie de notre pays.

Joyeux Noël….

Les liens : L’apiculture en Suisse, Peter Fluri, Peter Schenk & Rainer Frick, ALP forum 2004, no 8

Liens:

https://blogs.letemps.ch/franci-saucy/wp-content/uploads/sites/22/2015/11/ALPforum8_f-7.pdf

https://blogs.letemps.ch/franci-saucy/2015/09/19/nous-etaitent-comptees/

Franci Saucy

Franci Saucy, Docteur ès sciences, biologiste, diplômé des universités de Genève et Neuchâtel, est spécialisé dans le domaine du comportement animal et de l'écologie des populations. Employé à l’Office fédéral de la statistique, Franci Saucy est également apiculteur amateur et passionné, et il contribue par ses recherches et ses écrits à l'approfondissement des connaissances sur les abeilles et à leur vulgarisation dans le monde apicole et le public en général. Blog privé: www.bee-api.net

/////////

Source: https://www.swisscom.ch/fr/chroniques/travail/crowdfunding-financement-participatif-sur-internet.html

...Les deux candidats apiculteurs offrent par exemple une journée découverte de l’apiculture en échange d’un don de 150 francs. «Quand on inscrit un projet, il faut y consacrer tous ses efforts», recommande le professeur Andreas Dietrich, ...

Source: https://blogs.letemps.ch/franci-saucy/wp-content/uploads/sites/22/2015/09/Pertes2014_2015.pdf

////

Source: http://www.ghi.ch/lactu/societe/les-suisses-depensent-11-milliards-de-francs-letranger

Les Suisses dépensent CHF 11 mrds à l'étranger...

/////

Source (copié/collé pariel) : http://www.honeycolony.com/article/3-reasons-to-go-against-the-flow-hive/

3 Reasons To Go Against The Flow Hive

By Maryam Henein |

....“One wants to see this be successful, easy to use, and contribute to the world of improved beekeeping,” adds Kim Flottum, beekeeper and editor of Bee Culture magazine. “But there’s the concern, far in the back of my mind, that it may appear to make things too easy, fostering not improved beekeeping, but reduced attention to maintaining healthy bees.”

Here are 3 of the multiple reasons why many folks refrain from using Flow Hive and consider it to be just another level of separation between bees and beings.

1. Plastic Comb

This newfangled honey collection system is comprised of plastic. It’s basically the Langstroth hive on steroids. The bees build their own wax on top of plastic frames and fill the cells with nectar and cap per usual. When you turn on the tap, presto— honey squeezes through the center of a plastic double-walled comb construction. Once draining is completed, you can reset the tap, and the comb goes back to its original position. Automation is in full effect.

Bees don’t particularly like plastic, Ask any organic beekeeper. They don’t need it. They fashion wax –a living substance – out of their own abdomens. Wax is where they store their food (nectar and pollen) and house their young. Wax vibrates and changes temperature.

“…Comb is far more than a Tupperware container for somebody else’s lunch; it is the tissue and frame of the hive and as such it forms multiple functions,” writes Beekeeper Jonathan Powell , who has a a long family connection with bees, and is also a partner with a UK Charity called the Natural Bee-keeping Trust.

In his blog he writes:

“Cells have wall thicknesses of just 0.07 mm, and are made from over 300 different chemical components. Wax removes toxins from the honey. The resonant frequency (230-270 Hz) of the comb is matched to the bees’ vibration sensors and acts as an information highway between bees on opposite sides of the comb. Bees manage the temperature of the cell rims to optimize transmissions of these messages. Wax holds history and memory via chemical signals put into it by the bees.”

But instead of working with the wax comb they’ve created, the Flow Hive forces bees to deal with hormone-disrupting plastics that off-gas.

“Honey bees are able to recognize the smallest differences in wax composition but not polypropylene,” adds Powell.

Additionally, the best honey is fully capped. It’s like putting a lid on a jar; honeybees ripen nectar by removing the moisture and sealing it off with wax. Honey that has been harvested with a moisture content above 20 per cent and isn’t capped is considered unripe and may ferment. Traditional beekeepers slice honey caps off with a knife and use a spinner which removes honey from wax frames. They then reuse the wax in their hives once more.

Meanwhile, in colder climates honey often crystallizes, which means the Flow Hive may clog and require heating, killing the healing properties.

Incidentally, a Langstroth hive can be managed without any comb (so you let the bees make their own). It’s how the backward beekeepers like Kirk Anderson and Dee Lusby run their hives.

Source: http://www.honeyflow.com/

Less labour, more love

Turn the Flow™ Key and watch as pure, fresh honey flows right out of the hive and into your jar.

No mess, no fuss, no heavy lifting, and no expensive processing equipment.

Through the clear end-frame view, you can see when the honey is ready without opening up the hive.

....

Le premier million serait le plus difficile à gagner. Mais pas pour Cedar et Stuart Anderson, qui ont récolté deux millions de dollars en moins de 48 heures grâce au crowdfunding. Les deux Australiens souhaitaient réunir 70 000 dollars par le biais d’une campagne Internet pour une ruche qui dirige directement le miel dans les pots via un robinet de distribution. Leur invention s’appelle « Flow Hive ». En moins d’une heure, leur objectif était atteint. Huit semaines plus tard, père et ¨ls avaient déjà des commandes et un capital d’une valeur de 12,4 millions de dollars... Mais nouveau problème : ce ne sont pas quelques centaines, mais plus de 24 000
demandes de livraison de « Flow Hive » dans 150 pays qu’ils ont dû satisfaire !
Leur trouvaille est à ce jour la campagne la plus fructueuse de la plate-forme de crowdfunding « Indiegogo », basée en Californie, qui compte parmi les pionniers de ce type de collecte de fonds en ligne. Le principe : un projet ou un produit doit convaincre suffisamment de personnes pour qu’elles acceptent de réunir du capital. En retour, elles reçoivent le produit ou voient par exemple la réalisation d’un ¨lm grâce à leur contribution. En revanche, les crowdfunders soutiennent les causes caritatives à titre de solidarité pure. « Indiegogo » met des actions en réseau gratuitement et retient 5% du capital total...

....

Apiculture: Quelle est la valeur de la contribution des abeilles (en PIB) ? - divers
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article